La « vision tunnel »

Share
Tunnel Vision
Français

Il m’arrive parfois, en tant que thermographiste, d’avoir une « vision tunnel », ma concentration  portée que sur l’écran de la caméra IR, sans examiner visuellement la cible.  Ça arrive surtout lorsqu’on veut limiter le temps passé dans une zone dangereuse. On balaie avec la caméra IR les équipements pour faire apparaitre les anomalies ou les alarmes. À chaque fois que je fais ce type d’inspection, je m’en rappelle une autre qui aurait pu causer beaucoup de problèmes.

Durant l’inspection d’un boitier de contrôle d’un gros moteur, c’était presque l’heure du lunch et je voulais terminer rapidement. J’attendais que quelque chose apparaisse dans le dernier boitier de contrôle. Tout ce qui était apparu c’est un delta-T d’environ 2°C entre les phases A et B au haut de l’interrupteur  à fusible. J’étais donc sur le point de refermer la porte lorsque quelque chose m’a sauté aux yeux. J’aurais pu laisser faire et aller déjeuner, mais j’ai demandé à mon accompagnateur d’ouvrir à nouveau la porte. Quelque chose clochait...

L’endroit était mal éclairé, donc avec ma lampe de poche j’ai inspecté plus attentivement. J’ai alors noté des insectes bizarres dans le fond du boitier. Ce qui a capté mon regard c’est que mélangé avec les insectes il y avait des résidus brulés. Aucun des conducteurs autour du démarreur ne montrait des signes de dommages. Tout était beau jusqu’aux fusibles du sectionneur. Mais à cet endroit j’ai constaté qu’il n’y avait plus d’isolant sur le conducteur entre la barre et le sectionneur sur la phase B,  du côté ligne. Pourtant le cuivre était à peu près de la même teinte que celui des phases A et C!

En observant rapidement ça ne paraissait pas. Ma première réaction fut de redémarrer la caméra IR et de réexaminer à nouveau. Non, à l’écran, tout semblait correct. J’ai demandé à mon accompagnateur de mesurer le courant, chaque phase transitait 175 A, ce qui confirmait l’image thermique. Mais pourquoi l’isolant du conducteur de la phase B avait fondu? J’ai tout de même demandé aux responsables d’arrêter la pompe. Ils m’ont demandé pourquoi. Je leur ai dit qu’un conducteur n’avait plus d’isolant, qu’il avait fondu. Ils n’en croyaient pas leurs yeux et qu’aucun problème ou court-circuit ne se soit produit.

Le conducteur passait dans une ouverture isolée entre la barre et le sectionneur, sans mise à la terre à proximité. Les responsables opérationnels et techniques vinrent sur place pour constater. Il fut alors décidé de laisser fonctionner la pompe en attendant l’arrivée de pièces rechange pour le CCM. Une heure et demie plus tard, on arrêta la pompe pour remplacer les pièces défectueuses. Le raccord à la phase B s’était complètement soudé. Le sectionneur ainsi que le raccord à la barre furent remplacés.

Alors, la question que tout le monde s’est posée : Pourquoi le raccord paraissait normal alors qu’il était défectueux. À un moment donné le raccord aurait tellement arqué que la chaleur aurait soudé les surfaces entre elles. Le raccord aurait quand même lâché rapidement plus tard.

Je me suis demandé pourquoi j’avais failli ne pas détecter ce problème. J’étais « dans ma bulle ». J’avais toujours pensé que tout problème produirait de la chaleur, et que je n’avais qu’à observer l’écran. Il faut éviter la vision tunnel et de rester coincé « dans sa bulle ». On doit prendre le temps de vérifier l’environnement visuellement. Et si quelque chose nous semble suspect, il faut prendre le temps d’examiner plus en profondeur.

Si vous avez aimé ce communiqué, vous aimerez nos capsules tehniques. Recevez de nouvelles capsules directement par courriels chaque semaine! Inscrivez-vous ici.