Imageurs thermiques, mythes et réalités

Share
Thermal Perceptions vs. Reality
Français

Au fil des années, à travers les films, la télévision et les nouvelles, l'imagerie thermique a gagné en popularité. Par contre, l’imagerie thermique est souvent mal présentée, exagérée, et loin de la réalité des limitations des imageurs.

Lorsque j’ai débuté en thermographie, tout ce que je savais était que l'imagerie thermique était utilisée par les militaires : pour la surveillance, ou pour la vision nocturne (en remplacement des intensificateurs de lumière moins performants). Avec mon peu de connaissances de l’infrarouge, l'imagerie thermique dans des films me paraissait très cool. Ce n'est que plus tard que j'ai appris que les représentations de l'infrarouge dans la majorité des films populaires étaient exagérées, impossibles et hors des limites de la technologie IR.

Par exemple, dans « Tonnerre de feu » le film, avec Roy Scheider et Malcolm McDowell ; on pouvait « voir » avec un imageur IR des gens qui se promenaient dans un bâtiment, au travers des murs en béton; c'est impossible. Et, il existe de nombreux exemples de fausses possibilités données à la technologie IR par Hollywood. Ces « scènes magiques » hollywoodiennes génèrent dans le public des fausses idées, difficiles à dissiper par ceux (thermographes qualifiés) qui connaissent les limites et les utilisations de l’imagerie thermique.

Heureusement de nos jours, certains médias montrent la technologie de façon plus réaliste : Couvertures de guerres, recherche de personnes, poursuites par la police, inspections ...

Il m’arrive souvent de dissiper certains mythes à mes clients tels que : « Eh bien, nous n'avons plus besoin d'ouvrir quoi que ce soit, car vous pouvez voir à travers les portes et les murs. » ou « Comment pouvez-vous voir le toit, la caméra peut voir à travers tout, je l’ai vu dans un film. ». Je déteste lorsque l'imagerie infrarouge est mal présentée - ça donne aux clients de faux espoirs, basés par la façon dont la technologie est utilisée dans certains médias populaires.

À la télé, sur la chaîne CASA, Mike Holmes de Holmes Inspections montre comment les caméras infrarouges sont utilisées pour inspecter les bâtiments. Holmes insiste sur le fait que les inspecteurs en bâtiments qualifiés devraient utiliser des imageurs thermiques pour détecter et évaluer : l’isolation thermique, les infiltrations et exfiltrations d'air, l'humidité et les problèmes de CVCA (chauffage, ventilation et climatisation de l’air). Le récent virage «vert», et la compréhension que les pertes de chaleur sont un sous-produit d'un système inefficace, ont entraîné une utilisation de l’imagerie thermique à la recherche de nouveaux concepts d’architectures, de systèmes CVAC et matériaux de construction.

Cette augmentation de l'exposition des imageurs infrarouges avec leurs bas prix, a permis l’accès à la technologie à une échelle beaucoup plus large que nous ne l'aurions imaginé. Je me souviens de mon tout premier système d'imagerie thermique; il avait coûté 65 000 $ sans compter le logiciel. La baisse du prix des caméras infrarouges permet donc à plus de personnes d'être exposées au monde de la thermodynamique. En principe c’est merveilleux, mais malheureusement c'est souvent désastreux car les utilisateurs ne possèdent ni la formation et les qualifications pour utiliser les imageurs de façon professionnelle dans un domaine qu’ils ne connaissent pas.

Si vous avez aimé ce communiqué, vous aimerez nos capsules tehniques. Recevez de nouvelles capsules directement par courriels chaque semaine!
Inscrivez-Vous Ici